Des souris et des hommes de John Steinbeck

Des souris et des hommes de John Steinbeck
-
George Milton et Lennie Small, deux amis, errent sur les routes de Californie. George protège et canalise Lennie, une âme d'enfant dans un corps de géant. Lennie est en effet un colosse tiraillé entre sa passion - caresser les choses douces – et sa force incontrôlable. Animés par le rêve de posséder leur propre exploitation, ils travaillent comme journaliers, de ranch en ranch. L'amitié qui les lie est pure et solide, mais ne suffit pas à les protéger de la maladresse de Lennie. Une maladresse presque poétique, qui les conduit à changer sans cesse de travail, et qui laisse poindre à l'horizon un drame sans égal.
-
"Parce que je suis noir. Ils jouent aux cartes, là-bas, mais moi, j'peux pas jouer parce que je suis noir. Ils disent que je pue. Ben j'peux te le dire, pour moi, c'est vous tous qui puez."
-
C'est l'histoire de deux hommes que tout oppose, et pourtant ils sont inséparables.
J'ai beaucoup de mal à poser des mots sur ce que j'ai ressenti durant cette lecture.
Lorsque j'ai fini le livre, lu les dernières pages, les derniers paragraphes, la dernière phrase, je suis restée comme pétrifiée, je ne pouvais plus lâcher le livre. Je m'étais tellement imprégnée des personnages et du paysage. Je sentais la brise et l'odeur de la roche, j'étais envoûtée. Ce livre m'a fait voyager aux confins de l'Amérique des années 1930. On y retrouve tout, les ranchs, les noirs que personne n'osent toucher, la difficulté de la vie, l'Amérique qui n'est pas encore le pays de la tolérance que j'aime tant découvrir dans mes lectures. 
L'auteur a les mots qu'il faut pour nous jeter en pleine figure l'amitié, aussi improbable soit elle, de Lennie et George, John Steinbeck rend ces hommes vivants, on a l'impression qu'ils sont à coté de nous, à notre portée. Il a su utiliser les bons mots au bon endroit, ni trop, ni pas assez, les descriptions sont sublimes et captivantes, les dialogues durs et poignants. Une écriture qui ne fait pas de chichis, un style juste et puissant qui transperce et rend le coeur dans un état critique.
Je ne m'attendais vraiment pas à ce que cette histoire me touche à ce point.
Lors des dernières pages je suis restée bouche bée, perdue, désorientée.
Lors des dernières pages j'ai fini dans un état second.
Lors des dernières pages j'ai senti les larmes me monter aux yeux.
Lors des dernière pages j'ai regretté que cette lecture soit si courte.
 
Des souris et des hommes de John Steinbeck


Tags : Critique - John Steinbeck

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.108.238) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Wonder-Word

    25/04/2014

    j'avais lu ce livre lorsque j'étais au collège est bien que dans ma classe peut de monde avait apprécier, personnellement j'ai trouver cette histoire très touchante
    d'ailleur l'année dernière en terminale je relu certain extrait pour un cours de littérature étrangère

  • cocoonofbooks

    23/11/2013

    J'ai terriblement envie de lire ce livre, il fait partie de ma wishlist depuis un certain temps :)

  • SnowWhiteOfMoon

    21/11/2013

    Bah il est beau et joue super bien et c'est un réalisateur très bien également ! (Guillaume Canet).

  • SnowWhiteOfMoon

    21/11/2013

    Ne t'en fais pas, j'ai le tome 2 et 3 de Delirium :)

  • SnowWhiteOfMoon

    21/11/2013

    Je pense que je verrais le film de La Délicatesse au lieu de lire le roman vu les critiques qu'il a.

  • SnowWhiteOfMoon

    21/11/2013

    Je le lirai dès que j'en aurais le temps !

  • HearMe-Roar

    14/11/2013

    mon livre de chevet, une révélation !

  • diary-of-book-reader

    04/11/2013

    oh celui là ne m'intéresse pas trop mais après tout pourquoi pas à tester

  • PauseCHOCO

    01/11/2013

    J'adore cette période ! Ohlalalallala ! Les cowboys, l'honneur.. Ohlalalalala ! Ca me tente bien tiens.. Et surtout, si tu en restes bouche bée, ca donne envie !

  • escape-the-pain

    29/10/2013

    Ta chronique donne vraiment envie, mais je ne suis pas vraiment tentée par cette lecture :/

Report abuse