1 tagged article E. L. James

Cinquante nuances de Grey de E. L. James 16/02/2015

Cinquante nuances de Grey de E. L. James
-
Romantique, libérateur et totalement addictif, ce roman vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.
Lorsqu'Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d'entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l'oublier – jusqu'à ce qu'il débarque dans le magasin où elle travaille et l'invite à un rendez-vous en tête-à-tête.
Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble.
Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu'ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets.
-
 "Je me demande parfois ce qui ne va pas chez moi. J'ai peut-être passé trop de temps avec mes héros de roman si romantiques... J'ai placé mes attentes et mes idéaux bien trop haut. "
-
J'ai commencé ce livre par curiosité. En effet, avec la sortie du film et tout l'engouement que cela a provoqué j'ai voulu comprendre les raisons de ce succès.
Ainsi Ana doit remplacer Kate, sa meilleure amie, pour interviewer le célèbre, richissime et magnifique PD-G; Christian Grey. Bref, je vous passe la suite plus que prévisible. Quand je dis prévisible c'est vraiment prévisible. Ne vous attendez à aucune surprise. À la fois comment attendre quelque chose d'un peu étonnant de la part d'un récit qui ne contient aucune histoire, aucun fond, aucune trame, rien de construit, rien de cohérent. Un récit qui ne contient rien.
Qu'on se le dise honnêtement, ce livre peut vous faire rêver. Oui, on rêve toutes et tous d'être aimé par un Christian, c'est non négligeable, mais ça s'arrête là. La magie ne va pas plus loin.
Au delà du fait que le livre soit un véritable sketch, c'est également un assemblage de clichés niais au possible. Même moi qui suit fleur bleue j'ai parfois eu envie de rire devant certaines scènes (quoique le tome 1 n'est pas le pire ce de point de vue, mais bon passons). Donc si nous résumons, pour le moment nous n'avons aucun fond, on peut aussi oublier le côté surprenant, alors on se dit, ahh mais il y a encore les personnages! Et bien, ne placez pas vos espérances trop haut. Il y a tout d'abord Ana, jeune étudiante de 22 ans encore vierge qui accepte de se faire dépuceler par un homme sado-maso qui ne l'aime pas et qui veut faire d'elle sa soumise; quelqu'un peut m'expliquer ? J'ai du louper un épisode ce n'est pas possible. Au début de ma lecture, je me suis dit, la Ana elle doit pas être trop débile, étudiante en lettre qui vient d'obtenir son diplôme; oui c'est bon on a une héroïne réfléchie, posée et mature. Pensez-vous ! On ne peut pas faire plus cruche, elle se jette tout de même dans la gueule du loup et le pire, c'est qu'à la fin elle ose venir pleurer. Donc pour ce qui est de son côté mature on repassera, Ana a en quelque sorte une amie imaginaire qui s'amuse à faire des triples saltos ou encore à danser le tango dans sa tête. Je me suis demandée si elle n'était pas schizo. Quant à Christian... ah ce cher Christian, l'auteure fait tout son possible pour qu'on en tombe éperdument amoureuse, boarf... Pourquoi pas, malgré son côté sado-maso il aurait pu être intéressant mais il passe surtout pour un gros obsédé pervers maniaque du contrôle.
Je vous passe également la psychologie à deux balles que l'auteure a essayé de me faire ingurgiter (mais là aussi je m'égare, on en reparlera dans le 2 et le 3ème tome), c'est digne de Femina.
Mais personnellement, ce qui m'a le plus choqué c'est le niveau d'écriture. Là vraiment, je suis tombée de haut, je ne savais pas qu'on pouvait publier un livre aussi mal écrit, tu rends un truc comme ça au bac de français mais tu te prends une belle bulle et tu te retrouves sur perlesdubac.com. Durant tout le livre, Ana passe son temps à se mordre la lèvre, ce qui énerve Christian alors il penche la tête pour lancer un regard électrisant à Ana et dans la foulée il menace de la punir, elle le défit, bim fessée. (C'est pour vous dire le niveau de l'action que renferme ce bouquin). On a donc des répétitions au niveau de l'action (ce qui est déjà vraiment énorme je trouve, je ne savais pas qu'on pouvait arriver à faire cela) mais également au niveau des phrases et de leur structure. La métaphore d'Ana où elle représente Icare qui tourne trop autour du soleil (Christian) et qui risque de se brûler m'a vraiment fait rire. C'est maladroit et en plus l'auteure en abuse et nous la sert pendant au moins 200 pages. Laissez moi vomir. Quant au vocabulaire employé, c'est là aussi une blague. C'est vulgaire, déplacé et franchement tout sauf transcendant. Cette trilogie a détruit la littérature érotique et la littérature tout court.
Si je devais vous résumer ce tome, je pense qu'on pourrait sortir quelque chose dans ce goût là: Ana a rencontré Christian, il la baise (et oui les ami(e)s, il baise et ne fait pas l'amour), elle ne sait plus quoi faire alors elle pense (oui on a le droit à ses pensées très bien construites, bien dîtes pendant beaucoup de pages), elle hésite (oulà oui, c'est du je t'aime moi non plus) alors elle baise elle aussi (ah les scènes de sexe...), mais après elle hésite, elle ne sait plus quoi faire (oui attendez, hein c'est quand même M. Cinquante nuances), alors elle réfléchit, du coup Christian lui aussi il réfléchit, à sa vie, à sa société (la société! J'ai oublié de vous en parler! Christian est PD-G d'une multinationale d'environ 40 000 personnes il me semble, mais il a le temps de recevoir des étudiantes en interview, de baiser 50 fois par jour et de provoquer tout autant d'orgasmes à Mlle Steele, et tout un tas d'autres activités fascinantes telles que des promenades et des tours de planeur. Si il a pas une vie de rêve lui dis donc...).
Donc voilà à quoi peut se résumer ce livre à du cul et aux pensées d'Ana qui découvre la vie.
Je ne vais pas m'étaler davantage, j'en garde sous le pied pour mes chroniques sur les deux autres tomes.
Et je tiens à préciser que je n'ai voulu offenser personne à travers cette chronique, je comprends que vous ayez pu aimer ce livre, mais personnellement comme vous l'avez sans doute compris, ça ne passe pas. Je trouve que c'est une honte de publier un livre aussi pauvre que celui-ci. Et je ne comprends vraiment pas les raisons de son succès, c'est vraiment quelque chose qui me sidère.
Cependant, je vais continuer de faire ma curieuse et je vais aller voir le film parce que Jamie Dornan est magnifique et Dakota Johnson aussi. Mais pour ce qui est du livre, de l'histoire et tout ce qui suit, mes ami(e)s, ce n'est pas moi qui vais vous le conseiller.
 
Cinquante nuances de Grey de E. L. James

Tags : Critique - E. L. James